étiquette danse galanterie

L’étiquette de la piste de danse : connaissez-vous les bonnes manières ?

Partagez cet article :
5/5 - (1 vote)

On entend de nombreuses danseuses et danseur, expérimenté(e)s ou non, se plaindre des conditions dans lesquelles il leur est donné de danser à l’occasion de soirées dansantes. Ce n’est pas tant à cause de la température de la salle, ou du manque de convivialité de l’accueil, qu’à cause d’autres participants avec qui ils ont partagé la piste de danse. La raison de ce mécontentement : l’impolitesse de certaines ou certains et le non respect des règles élémentaires de savoir-vivre sur une piste de danse.

Le savoir-vivre — que l’on pourrait appeler aussi savoir-danser — est ce qui fait que l’on danse en bonne entente avec les autres personnes dans un même endroit. Chacun respecte l’autre et respecte également un ensemble de règles que l’on regroupe sous le terme de « l’étiquette », tout comme les bonnes manières que l’on apprend aux enfants dès qu’ils sont en âge de comprendre…

La ligne de danse

L’aspect essentiel du savoir-vivre lorsque l’on danse est le respect de la ligne de danse. C’est un aspect technique et qui, par conséquent, doit absolument être enseigné dès la première année de cours.

Il existe différentes lignes de danse selon la danse que l’on pratique. La plus connue est la ligne de danse définie comme « la ligne imaginaire faisant le tour de la piste de danse (souvent de la salle) dans le sens contraire de la rotation des aiguilles d’une montre ». Certains parlent aussi de « couloir ». Cette ligne de danse est utilisée dans toutes les danses progressives : valse, tango, paso-doble, foxtrot, boléro, boston, java, etc. Si l’on ne connaît pas cette ligne de danse, il est impossible de danser avec les autres. Imaginez la voiture allant en zigzaguant (ou, pire, à contresens) sur une autoroute… Il faut éviter de s’arrêter, et progresser autour de la salle dans la mesure du possible. Cette ligne de danse n’est pas la seule utilisable : il est possible de danser davantage vers le centre de la piste. D’une manière générale, on distingue deux lignes de danse progressives. La ligne extérieure, ou ligne rapide, est utilisée par les danseurs souvent les plus expérimentés progressant plus rapidement que les autres. La ligne intérieure, ou ligne lente, est utilisée par les danseurs peu assurés dans leurs pas et progressant de ce fait plus lentement. Le centre de la piste peut tout à fait servir aux débutants ne sachant pas encore faire correctement leurs pas de base et pour les utilisateurs de la ligne lente lorsqu’ils désirent s’arrêter (figure stationnaire, hésitation ou problème technique…).

La notion de ligne de danse est différente dans le domaine des danses stationnaires (rock, cha-cha, rumba, etc.). Dans ce cas, la ligne de danse est une portion de droite servant de repère pour délimiter un espace de danse (souvent rectangulaire) dans lequel va essayer de se cantonner le couple de danseurs. Chaque couple dispose de son espace de danse avec sa petite ligne de danse. En rock, la ligne de danse traverse les danseurs lorsqu’ils sont en position ouverte (et les sépare lorsqu’ils sont en position fermée). En cha-cha, la ligne de danse sépare les danseurs lorsqu’ils sont en position fermée (ou ouverte dans la même orientation). À chaque couple de garder ses repères en tête pour éviter de déborder sur l’espace dévolu aux couples de danseurs voisins. Chacun respecte l’espace de danse des autres et tout se passe au mieux sans coups de pieds dans les chevilles ni manchettes dans le visage.

Certaines danses n’ont pas de ligne de danse fixe dans la salle. La salsa cubaine et le lindy hop en sont des exemples. La ligne de danse varie dans l’espace mais est un repère constant pour un partenaire vis-à-vis de l’autre. La danseuse essaye généralement de se replacer le plus possible face à son danseur même après des figures les plus complexes ou acrobatiques.

Le comportement

L’étiquette de la piste de danse va plus loin que ces simples aspects techniques (qui vont de pair avec le fait de savoir danser tout simplement). D’autres facteurs plus humains entrent en compte dans le fait de bien se comporter : hygiène corporelle, politesse et respect de l’autre en sont les principaux.

Lorsque vous vous préparez à vous rendre à une soirée dansante, vous devez garder en mémoire que vous allez côtoyer d’autres personnes de très près et que vous allez beaucoup bouger. Ainsi pensez à vous laver, à vous brosser les dents (pitié pas d’aïoli avant !) et à appliquer du déodorant sur les parties les plus odoriférantes de votre individu. Si besoin, prenez un stick de déodorant avec vous pour un petit raccord, on ne sait jamais… Apportez avec vous des vêtements de rechange, c’est toujours désagréable de danser avec une éponge imbibée de sueur. Mesdemoiselles, ne considérez pas que ceci ne s’adresse qu’aux messieurs : tout est valide dans les deux sens.

Le choix des chaussures est aussi important. Si le sol est glissant et que vos chaussures sont lisses, vous risquez d’entraîner votre partenaire (voire les voisins) dans votre gadin. Le conseil : prenez deux paires de chaussures, une pour les sols glissants, une pour les sols qui accrochent. Enfin, avant de partir ou sur le chemin, remémorez-vous vos cours de danse, avec une bonne technique, vous ferez le plaisir de votre partenaire. C’est respecter ses partenaires éventuel(le)s que de faire des efforts pour ne pas faire « boulet » dans une soirée dansante… C’est pour cela qu’il est important pour les garçons aussi bien que pour les filles de prendre un minimum de cours de danse.

L’invitation est le moment crucial qui fait déjà partie de la danse. Traditionnellement, ce sont les hommes qui invitent, à l’exception des quarts d’heure américains où les rôles sont inversés. Cependant la société évolue et de nos jours les femmes peuvent inviter les hommes sans paraître dévergondées ou que ceux-ci ne s’en offusquent. Sachez qu’avant tout si vous voulez être invité(e), il faut paraître « disponible ». Les papotages à tout va et les farfouillages dans le sac à main sont donc à éviter. Un simple contact des yeux en souriant peut suffire, sans prendre de risques de râteau, à suggérer à une personne que vous désireriez être invité. Messieurs, ne prenez pas l’attitude du macho qui va à la pêche à la greluche et qui, dès qu’il en a repéré une, s’empresse de la saisir par le bras sans la regarder pour l’entraîner sur la piste de danse. De même si on vous invite et que vous désirez refuser, restez poli(e) et souriant(e) et surtout n’acceptez pas d’autre invitation sur ce même morceau de musique. Ce serait incorrect.

Pendant la danse, c’est l’homme qui guide. C’est la règle dans la grande majorité des danses. C’est donc à lui d’établir la trajectoire du couple dans la salle. Mesdames, ne contrecarrez le guidage du danseur que pour éviter une collision qu’il n’a pas pu anticiper ou voir (il peut parfois se trouver dos à la ligne de danse). Si malgré tout vous provoquez un choc avec un danseur voisin, excusez-vous. Si l’on vous donne un coup par inadvertance (ce ne peut être qu’involontaire…), regardez l’auteur en souriant mais suffisamment pour qu’il comprenne son erreur et acceptez ses excuses. La danse doit être faite avec le même partenaire jusqu’au bout du morceau de musique. Pas question d’arrêter au milieu : vous avez invité ou vous avez accepté une invitation. Il faut à présent assumer même si vous vous apercevez qu’il ou elle a un gabarit différent du vôtre. Adaptez votre position à sa morphologie et évitez les mains baladeuses ! Enfin, il est de bon usage d’avoir l’air d’apprécier la danse et de ne pas se plaindre d’un (ou une) mauvais(e) danseur/danseuse. Ce qui n’empêche pas de systématiquement refuser les invitations ultérieures…

À la fin du morceau, vous pouvez proposer à votre partenaire de poursuivre sur le morceau suivant mais ne le (ou la) monopolisez pas trop longtemps. Trois titres d’affilée est un maximum à moins que ce ne soit votre partenaire attitré. Une fois la série achevée, chacun remercie poliment son partenaire et on se doit de quitter la piste de danse rapidement — mais élégamment — pour laisser la place aux autres danseurs qui entrent en piste.

Conclusion

L’étiquette de la piste de danse n’est, on le voit, qu’une simple mise en action du bon sens et l’application des règles de politesses de la vie de tous les jours au fait de danser en société dans un même lieu.  Si chacun y met du sien, chacun doit pouvoir y trouver son compte et réellement apprécier le temps passé en commun sur la piste de danse. Et si vous rencontrez des personnes qui ignorent ces règles minimales de savoir-vivre/savoir-danser, faites-leur passer un lien vers cet article  !

Partagez cet article :