Archives de catégorie : Société

Article sur un thème de société

Dansez-vous la java bleue ou celle de Broadway ?

Partagez cet article :

Nos (arrière-)grands-parents entendaient ces paroles chantées par Fréhel dans les transistors en 1938 et dansaient en tournant au rythme de la mélodie :

C’est la java bleue, la java la plus belle
Celle qui ensorcelle, quand on la danse les yeux dans les yeux
Au rythme joyeux, quand les corps se confondent
Comme elle au monde, il n’y en a pas deux
C’est la java bleue…

La java bleue
La java bleue

Créée en 1937 sous la plume de Géo Koger et Noël Renard, cette chanson a été mise en musique par Vincent Scotto. La Java bleueAcheter sur Amazon aurait pu être la seconde java de tous les temps, après « La plus bath des javas » sortie en 1925 et chantée par Georgius. On dit que cette java a été associée à la couleur bleue par référence à la valse brune de 1909 et, en réalité, cette chanson est bien une valse musette et non une java comme le laissent entendre les paroles et son titre. C’est une chanson que l’on peut néanmoins considérer comme un tube, car elle a été reprise maintes fois par des artistes aussi différents que Georgette Plana, Les Garçons Bouchers, Patrick Bruel ou Bézu… La Java bleue est aussi le nom d’un film (aussi nommé « Une Java ») de 1939 où Fréhel chante sa chanson en jouant le rôle  de la patronne d’un bal musette.

Position java, main dans le dos
Position java, main dans le dos

Alors, au fait, c’est quoi une java ? C’est tout d’abord une musique à trois temps, tout comme la valse, on parle d’une signature musicale 3/4 et on compte généralement 1-2-3, 1-2-3, etc. Mais c’est aussi une danse classée parmi les danses musette que l’on confond souvent avec la valse musette. La java partage un certain nombre de points avec la valse musette. En premier lieu, bien que les musiques pour les javas soient un peu plus lentes, les musiques sont très proches les unes des autres. Comme dans le cas de la valse musette, il existe un pas de change en java. La technique des pas de la java diffère de la valse musette dans le fait que la première ne comporte pas de pivots sur les plantes. Au lieu de cela, la java utilise des pas marchés ou courus : les pieds se posent donc dans leur position définitive sans que la semelle n’ait à glisser sur le sol. Au niveau de la technique des pas, il est donc souhaitable de toujours danser les pieds à plat. Cela implique de jouer un petit peu des hanches, ce qui donne cet aspect de danseurs qui se dandinent, parfois exagéré pour les démonstrations de java. D’une manière générale, les pas sont marchés, mais la java autorise de les transformer en pas courus (à l’allure de sautillements). Il faut néanmoins garder en tête que les pas (marchés ou courus) doivent rester petits. La java a en effet été faite pour danser dans les bals musette où la piste est bondée.

Mais continuons donc notre parcours des titres populaires autour de la java… Bien des années après La Java bleue, une autre java a été très populaire, il s’agit de La Java de BroadwayAcheter sur Amazon chantée par Michel Sardou en 1977.  Voici le début du texte de la chanson :

When we sing the java Saturday in Broadway
It swings like in Meudon
We are tired and we fly, no need for Beaujolais
If we got some Bourbon
It might not be the real true one
But it’s the Broadway one
But it’s the Braodway one
Quand on fait la java, le samedi à Broadway
Ça swingue comme à Meudon
On s’défonce, on y va, pas besoin d’beaujolais
Quand on a du bourbon
C’est peut-être pas la vraie de vraie
La java de Broadway
Oui, mais c’est elle qui plaît
La java de Broadway Sardou
La java de Broadway Sardou

Dans le refrain anglais, on parle de « chanter la java » et dans le texte français il est plutôt question de « faire la java », autrement dit faire la fête.  Et c’est ce dernier sens qu’il faut comprendre la chanson qui parle des soirées animées du quartier new-yorkais de Broadway connu pour ses spectacles et ses lieux de sortie. Donc rien à voir avec la java, d’autant plus que le rythme à quatre temps (4/4) de la chanson ne laisse pas davantage de doute sur le fait que cette mélodie ne soit pas une java. On danserait plutôt un rock’n’roll sur cette chanson pop de la fin des années 1970. Passons donc à autre chose…

Le jazz et la java Nougaro
Le jazz et la java Nougaro

Quand on y réfléchit, il y a encore une chanson de 1962 dont le titre et les paroles contiennent le mot java : Le jazz et la javaAcheter sur Amazon du Toulousain Claude Nougaro. Tiens, étrange, il n’est pas particulièrement connu pour ses chansons en relation avec une ambiance de type musette…

Quand le jazz est, quand le jazz est là
La java s’en, la java s’en va
Il y a de l’orage dans l’air, il y a de l’eau dans le
Gaz entre le jazz et la java

Les paroles abordent la disparition de la java au profit du jazz dans les lieux de sortie. Il est vrai qu’avec l’évolution de l’urbanisation, celle des modes et tendances et l’arrivée des technologies, les instruments associés au jazz ont peu à peu pris le pas sur les accordéons plutôt présents dans les campagnes. Le jazz est devenu assez élitiste alors que l’accordéon musette est resté associé aux milieux les plus populaires. Il faut tout de même noter qu’à l’âge d’or du swing, toutes les classes sociales aux États-Unis pouvaient danser au son des orchestres jazz/swing qui n’était donc pas une musique réservée aux classes les plus hautes. Rappelons que ce sont les noirs Américains de Harlem (il étaient loin d’être les plus riches…) qui ont développé une danse comme le lindy hop sur du swing. De même, de l’autre côté de l’Atlantique, les bals musette ont-ils été fréquentés en France par les classes populaires à la même époque. La Seconde Guerre mondiale a permis au jazz/swing de traverser l’Atlantique et les deux styles musicaux ont été mis en contact, mais ont continué à évoluer en parallèle. Le jazz/swing est devenu à la mode (puis le rock’n’roll qui en est issu) dans les grandes villes avides de nouveauté, le style musette et la java sont beaucoup restés à la campagne ou dans les guinguettes aux abords des grandes villes.

La mélodie du refrain de la chanson de Nougaro est la copie conforme  de celle du titre de 1959 Three To Get Ready du jazzman Dave Brubeck qui mélange les signatures musicales 3/4 (java) et 4/4 (pop & jazz/swing pour simplifier) et tente de concilier les deux formes dans un seul titre. C’est le genre de difficulté que les jazzmen aiment bien en guise d’exercice de style.  L’essentiel de la chanson est en 3/4 et peut se danser en java et seule la mesure de fin de refrain est en 4/4. On peut donc dire que cette chanson est dansable en java moyennant une petite adaptation ponctuelle !

Partisan de la cohabitation des différentes formes de musique et de danse, comme vous le savez sûrement à présent, j’aime bien la seconde moitié du texte de Claude Nougaro qui dit :

Pour moi, jazz et java, c’est du pareil au même
J’me saoule à la Bastille et m’noircis à Harlem
Pour moi, jazz et java, dans le fond, c’est tout comme

Pourquoi devrions-nous prendre parti pour une musique ou une danse plutôt qu’une autre ? On peut aimer le swing sur lequel on peut danser le lindy hop dans les clubs de jazz, mais aussi la java qui nous fait tourbillonner dans les guinguettes populaires ! Et je conclus en vous renvoyant à un article que j’ai écrit dans ce blog il y a un moment, à propos du fait de faire swinguer des titres à l’accordéon. Finalement, des trois chansons ayant servi de base à cet article, aucune n’est donc une vraie java à 100%. Ce n’est pas parce qu’il y a le mot java dans un titre que l’on peu danser la java dessus. Et, à l’inverse, ce n’est pas parce qu’il n’y a pas le mot java dans le titre ou les paroles d’une chanson qu’il ne s’agit pas d’une java (et il y en a beaucoup dans ce cas, qu’on se rassure !). Les apparences sont parfois trompeuses !

Partagez cet article :

Dessine-moi une chanson qui danse

Partagez cet article :

Pulp Fiction TwistLa danse, par définition, est synonyme de mouvement. Et rien de plus difficile à retranscrire dans un dessin qu’un mouvement. On peut commencer par une position caractéristique, mais cela donne juste une idée et cela limite la démonstration à un instant t. Chaque détail peut être important pour donner tout son caractère au mouvement et suggérer plus qu’une simple position : inclinaison de la tête, position des mains, orientation du corps pour indiquer quelque chose de crédible. L’étape suivante dans la recherche de la fidélité est de se rapprocher de la technique du dessin animé : on dessine chaque position clé permettant de reconstituer les différentes étapes du mouvement. Il est clair que cela ne représente pas la même quantité de travail. Dans le cadre de mon travail passé sur la description de la technique de certaines danses sous la forme de livres (et par extension pour la version du site UltraDanse.com auquel succède le présent blog), je m’étais attelé à ce genre de travail en utilisant un logiciel de synthèse d’images basé sur la 3D (comme pour la plupart des dessins animés de nos jours et une partie des effets spéciaux du cinéma). Je peux confirmer que chaque image demande un temps non négligeable comme dans l’exemple ci-dessous que j’ai réalisé autour des positions clés de la chorégraphie de la Macarena (ici c’est un cas facile puisqu’il n’y a qu’une seule personne dont on ne fait bouger que les bras, mais les positions d’un couple en train de danser est une toute autre paire de manches, je vous assure !).

macarena 3d

En navigant sur Internet, je suis tombé sur le site qui propose des reproductions de dessins originaux en relation avec la musique et aussi la danse par extension : www.drawmeasong.com (« Dessine-moi une chanson »). (Note : cet article n’est pas sponsorisé, j’ai simplement apprécié ce travail que je vous présente.) Everybody dance now afficheC’est amusant, car je m’étais déjà abonné à la page Facebook correspondante il y a quelques mois et je l’avais oublié ! Je remets donc cette trouvaille au goût du jour… Et, pour ne pas réinventer la roue, je commance la traduction (faite maison) du texte de présentation du concept proposé sur le site en anglais :

DrawMeASong est un projet expérimental qui explore la fusion entre la musique, l’esthétique et la pop culture. À travers un mélange coloré d’illustrations et de lettres dessinées à la main, le projet a pour objectif de rapprocher la musique et les arts graphiques, ainsi que donner visuellement vie à certaines des chansons les plus connues au niveau mondial.

Single LadiesLe projet DrawMeASong a remporté le prix Deutsche Bank Creative Award en 2011 ainsi qu’un PACEIM grant and mentorship en 2014.

J’ai été séduit par l’aspect esthétique des personnages dessinés par Nour Tohme, une artiste franco-libanaise ayant étudié l’art à La Sorbonne, et je me dis qu’il peut aussi séduire certains d’entre vous. Les personnages sont dessinés avec des visages simplifiés (sans yeux et parfois sans nez, mais je trouve que ce choix montre d’autant mieux la qualité du reste du dessin, car c’est vraiment ressemblant aux personnes réelles). Un visuel représente la plupart des styles de danse dans le monde entier, un autre décrit la chorégraphie de Beyoncé dans le clip « Single Ladies », un autre encore reprend des positions de la fameuse scène dansée par Uma Thurman et John Travolta dans « Pulp Fiction », etc. Sur le site, il est possible d’acheter des reproductions de ces illustrations sous la forme de cartes postales, affiches, cadres, mugs, etc. Même si le site est en anglais, sachez que l’expédition des articles commandés est faite depuis la France.

Et pour conclure, une vidéo où Nour nous en montre davantage autour du thème de l’origine de divers styles danse.

Partagez cet article :

La danse traditionnelle ou folklorique

Partagez cet article :

En voyageant cet été, vous avez peut-être remarqué que, dans chaque pays ou dans chaque région, on peut découvrir des danses que l’on ne danse pas ailleurs. Les participants sont parfois vêtus de costumes traditionnels, parfois ce sont des habitants du coin qui s’amusent en tenue de tous les jours et ouvrent leurs danses aux touristes de passage. Ces danses, issues du terroir et fortement ancrées dans la culture populaire locale, sont appelées danses folkloriques par certains et danses traditionnelles par d’autres. Essayons d’y voir plus clair…

Qui dit danse traditionnelle, dit naturellement tradition. Les danses traditionnelles sont issues de la culture paysanne séculaire où l’entraide entre les hommes est essentielle à la survie. Cela se passait à l’époque où il n’y avait pas d’électricité et où les voies de communication n’étaient pas aussi développées qu’aujourd’hui. Cela renforce donc la notion de groupe que l’on retrouve naturellement dans le caractère des danses (rondes fermées, chaînes de danseurs, etc.). Le chant était souvent le support indissociable de la danse au point que c’étaient parfois même les danseurs qui chantaient tout en dansant. Chaque pays, chaque région, chaque village développe ses propres danses qu’on peut très bien ne pas retrouver dans le village voisin. On peut ainsi regrouper sous l’appellation de « danses traditionnelles » les danses nationales, les danses régionales, les danses locales, mais par extension également les danses ethniques et les danses de caractère. Le qualificatif de « populaire » peut être aussi inclus dans le sens de « issu du peuple ». Quant à la notion de folklore, nous y reviendrons un peu plus loin.

Les danses traditionnelles sont essentiellement pratiquées dans des occasions précises dans un environnement rural : récoltes, mariages, fêtes religieuses, etc. qui amènent les voisins et amis à se rassembler. La danse est donc à la fois un support pour se donner du coeur à l’ouvrage, mais aussi un moment de loisir pour se retrouver et s’amuser en communauté. La danse traditionnelle est donc bien une danse populaire au sens de « issue du peuple ». On peut citer par exemple, les danses suivantes : polka, mazurka, bourrée, branle, contredanse, sauts, rondeau, gavotte, passe-pied, etc. Ces danses ont pour origine aussi bien les campagnes bretonnes que les pays étrangers. En dehors de l’Europe, on peut aussi y placer des danses comme la samba brésilienne, la danse tahitienne, le danzon cubain, la biguine antillaise, le bharatha natyam d’Inde, etc. Avec le développement de l’industrie et du commerce, ainsi que l’urbanisation marquée du milieu du XIXe siècle en Europe, la culture paysanne reste cantonnée au domaine rural. Ainsi les nouveaux urbains (issus des campagnes) repensent-ils avec nostalgie à ces danses et aux bons moments partagés avec leurs proches. Ils vont donc se regrouper autour des traditions de leur région d’origine qui permettent de conserver des noyaux de culture traditionnelle au sein des villes. Notamment, à Paris, la présence de groupes d’exilés bretons ou auvergnats est bien connue.

La danse traditionnelle n’est, à l’origine, pas forcément pensée pour être regardée. C’est le groupe de danseurs qui se divertit ensemble et l’apprentissage se fait par mimétisme. Pas besoin de réfléchir tant les pas étaient souvent effectués (contrairement à aujourd’hui, où des déformations prennent parfois forme). Pour ce qui concerne les danses traditionnelles françaises, la base historique semble être celle des branles (doubles et simples) de la Renaissance se pratiquant sous la forme de rondes de groupe. Avec l’évolution et des influences diverses, les danses à figures se sont formées par la suite.

Du fait de son implantation dans les villes, la danse traditionnelle évolue dans le nouveau milieu des salles citadines par rapport à la cour de la ferme. Ces danses doivent aussi cohabiter avec les danses de salon dont la large popularité croissante les fait passer au second plan. De plus, grâce aux voies de communication, les danses de régions voisines s’influencent les unes les autres. C’est dans ce contexte que des hommes vont comprendre que la richesse des danses traditionnelles des origines disparaît peu à peu. Certains vont se faire « collecteurs de danses » et travailleront à recenser et cataloguer les danses traditionnelles dans certaines régions. Les danses traditionnelles retrouvent un regain de popularité dans les années 1970. Je ne peux m’empêcher ici de faire le parallèle avec l’une de mes danses fétiches : le lindy hop. Là aussi, la présence de la danse s’estompe durant les années rock’n’roll pour revenir de plus belle grâce à des passionnés. C’est à cette époque que des fêtes de danse traditionnelle se développent ; on les appelle aujourd’hui « bal trad » (pour bal traditionnel), « bal folk » (pour bal folklorique) ou même fest-noz (du nom de ces fêtes en Bretagne). Dans ces bals trad, on retrouve le résultat du mélange des cultures entre différentes régions et différents pays (la gavotte côtoie la polka ou la scottish). Il s’agit avant tout pour les participants de partager un moment convivial dans une époque individualiste qui, paradoxalement, recherche de rapports sociaux par le biais des danses traditionnelles tout comme celui des danses de société.

De nos jours, on parle bien souvent de folklore dans un sens un peu dévalorisant. On dit parfois que le folklore, c’est pour les touristes avec ses costumes régionaux colorés, ses sabots, etc.). Dans ce contexte, la danse est mise en scène comme un spectacle et non plus comme un loisir de groupe que l’on vit. Toutefois, cette vision folklorique a l’avantage de contribuer à sauvegarder un patrimoine menacé d’oubli ou de déformation par simplification. Les groupes folkloriques ont connu un grand succès dans les années 1930 et, même s’il y en en moins aujourd’hui, on continue de trouver des passionnés pour poursuivre ce travail de mémoire de la danse. Rappelons simplement que c’est grâce à des chercheurs, collecteurs ou pratiquants de ces danses qu’il est aujourd’hui possible de mieux connaître nos traditions du passé et nos origines populaires. Si vous désirez pratiquer, il vous suffit de participer à des bals trad qui sont souvent précédés d’initiations (mais il est aussi possible de se laisser porter par la danse en regardant les autres). Enfin, si vous avez la chance d’en avoir une à proximité de chez vous, il existe des associations qui organisent des cours hebdomadaires et des stages.

Voici un exemple de bourrée (creusade volante) dansée par « La Bourrée de Paris », un groupe folklorique auvergnat basé à Paris, en 2001 dans l’émission « la Chance aux chansons » de Pascal Sevran sur France 2.

Partagez cet article :

La danse phénomène sur « I like to move it »

Partagez cet article :

Ceux qui consultent l’application TikTok n’ont pas pu passer à côté de cette danse devenue un phénomène de popularité sur le titre « I Like To Move It » sorti par Real 2 Real en 1994, repris depuis dans l’un des films « Madagascar ».

Junior JmssDepuis des années, les réseaux sociaux sont devenus les vecteurs de contenu dit « viral » et le support vidéo est particulièrement concerné. Autant YouTube était le principal site de propagation durant longtemps, autant de nos jours les plateformes proposant des vidéos courtes au format portrait comme TikTok ou Instagram ont-elles su tirer leur épingle du jeu. Et c’est de TikTok qu’est parti l’engouement pour une danse en déplacement permanent sur une portion du titre « I Like To Move It ».

Tout est parti d’une idée du danseur parisien Junior Jmss qui aime proposer des chorégraphies assez faciles à reproduire. En mai 2021, il se fait filmer en dansant cette chorégraphie pleine de bonne humeur en mode « travelling » qui le fera connaître dans le monde entier à vitesse grand V.

Mariage I Like To Move ItSa vidéo a été likée des millions de fois (presque 8 sur la version d’origine TikTok) et cela laisse imaginer le nombre de vues caché derrière (plus de 60 millions sur la vidéo originale) sans compter les reprises, copies, etc. Cela a entraîné l’explosion du nombre de ses abonnés (au jour où j’écris il en est à 2,5 millions d’abonnés sur TikTok : @junior_jmss). La chorégraphie est sympa, assez simple à reproduire et particulièrement entraînante associée à la musique choisie. Alex Madagascar move itElle a été reprise dans le monde entier par des danseurs connus, mais aussi par des inconnus dans des situations de tous les jours aussi variées que dans la rue, qu’en salle de sport, dans un hôpital, lors d’un mariage, etc. Même Alex, le lion du dessin animé Madagascar, a eu la possibilité de danser cette chorégraphie en 3D grâce au graphiste @jgcruz3d ! Allez, juste pour le plaisir je vous mets ci-dessous l’une de ces versions de la chorégraphie. Si vous en voulez d’autres, il suffit de chercher le hashtag #iliketomoveit ou #iliketo sur Tiktok ou alors de chercher le nom de « junior_jmss » l’auteur de la danse sur YouTube ou Instagram par exemple ! Et puis, pourquoi n’essaieriez-vous pas cette danse à votre tour, histoire de relever le challenge ?

@kausha_campbell

How I imagine the lemurs from Madagascar visiting the penguins in Antarctica. 🥶 @happykelli ##moveit ##iliketomoveitmoveit DC: @jikamanu @junior_jmss

♬ Like move it dance – Jikamanu

Alors voici un peu d’aide :

  • 4 temps : rame sur le côté gauche puis droit
  • 4 temps : gla gla il fait froid
  • 4 temps : rame sur le côté gauche puis droit
  • 4 temps : gla gla il fait froid
  • 4 temps : on fait le manchot
  • 4 temps: on tape à la porte
  • 4 temps : on fait le manchot
  • 4 temps: on tape à la porte
  • 4 temps : on fait le manchot
  • 4 temps : on marche en battant des bras
  • 8 temps : croisés des bras en bas puis en haut (2 fois)
  • 4 temps : vague de profil
  • 4 temps : on pointe du doigt et saut en tournant !

À vous de jouer !

Partagez cet article :

[Vidéo] Le madison et le hully gully (partie 2)

Partagez cet article :

Tu danses Bébé ? Episode 4 : le madison et le hully gully

Quatrième émission de la série « Tu Danses Bébé ? » où Kwiscat mène l’enquête et vous révèle le pourquoi du comment du madison en France.

Vous avez sûrement dansé le madison dans une fête de famille, entre copains ou en soirée dansante. Mais saviez-vous que les Français sont les seul au monde à danser le madison comme cela ? Connaissez-vous le madison dansé dans les autres pays ? Avez-vous essayé les pas d’une autre danse voisine et de la même époque que l’on nomme le hully gully ? Voici toutes les réponses à ces questions dans une série de deux vidéos très documentées et contenant des informations claires que l’on ne trouve nulle part ailleurs !

Vidéo sur YouTube : partie 2 sur 2.

Abonnez-vous à ma chaîne YouTube pour être informé des prochaines vidéos et suivez- moi sur Instagram, Facebook, TikTok et Twitter pour suivre mon travail ! Cherchez « kwiscat »

*** L’auteur ***

Christian (« Kwiscat ») est professeur de danse à Toulouse à l’école de danse « Espace UltraDanse » qu’il a créée il y a quelques années. Il est aussi le chorégraphe de la troupe des « Ultra’s Chicas » et directeur d’édition des éditions « C. Rolland », une maison d’édition de livres principalement axée sur le thème de la danse.

Partagez cet article :

[Vidéo] Le madison et le hully gully (partie 1)

Partagez cet article :

Tu danses Bébé ? Episode 3 : le madison et le hully gully

Troisième émission de la série « Tu Danses Bébé ? » où Kwiscat mène l’enquête et vous révèle le pourquoi du comment du madison en France.

Vous avez sûrement dansé le madison dans une fête de famille, entre copains ou en soirée dansante. Mais saviez-vous que les Français sont les seul au monde à danser le madison comme cela ? Connaissez-vous le madison dansé dans les autres pays ? Avez-vous essayé les pas d’une autre danse voisine et de la même époque que l’on nomme le hully gully ? Voici toutes les réponses à ces questions dans une série de deux vidéos très documentées et contenant des informations claires que l’on ne trouve nulle part ailleurs !

Vidéo sur YouTube : partie 1 sur 2.

Abonnez-vous à ma chaîne YouTube pour être informé des prochaines vidéos et suivez- moi sur Instagram, Facebook, TikTok et Twitter pour suivre mon travail ! Cherchez « kwiscat »

*** L’auteur ***

Christian (« Kwiscat ») est professeur de danse à Toulouse à l’école de danse « Espace UltraDanse » qu’il a créée il y a quelques années. Il est aussi le chorégraphe de la troupe des « Ultra’s Chicas » et directeur d’édition des éditions « C. Rolland », une maison d’édition de livres principalement axée sur le thème de la danse.

Partagez cet article :

Danse d’ouverture de bal de mariage

Partagez cet article :

Cette semaine, on va parler mariage et plus particulièrement danse d’ouverture de bal. L’un des chapitres d’un des livres de technique que j’ai écrits porte sur l’ouverture du bal de mariage par une valse (et le protocole qui va avec) et c’est un grand classique que l’on retrouve chaque année. Bien sûr, l’objectif étant de pouvoir donner à voir quelque chose de joli en un minimum de temps d’apprentissage, je présente dans ce livre une méthode simple. Cependant, je ne me cantonne qu’à la tradition… Et si la valse était replacée par autre chose ?

Certains couples choisissent la facilité et font un slow simple (mais ils tombent trop souvent dans les pas raides et peu esthétiques du gauche-droite lourdaud et, pour faire cela, pas besoin de cours…). Certains futurs mariés que j’ai eus en cours particulier ont choisi quelque chose de romantique (mais pas la valse) : la scène finale de mambo du film Dirty Dancing. Là, déjà, ça demande du travail. J’en ai passé du temps à décortiquer les images du film afin de pouvoir proposer la vraie chorégraphie, mais il arrive aussi qu’on me demande une version simplifiée. D’autres de mes élèves ont choisi une chorégraphie de rock car c’est là qu’ils étaient le plus à l’aise et cela correspondait avec leurs goûts musicaux. Bref, tout est possible : ce sont eux les mariés et ils font du jour de leur mariage ce qui leur plaît. Le professeur de danse est là pour les y aider.

C’est vers l’année 2005 que l’on a vu apparaître sur Internet des vidéos où les mariés ont fait une bonne blague et une bonne surprise à leurs invités. Ils commençaient leur bal de mariage en valse viennoise comme le veut la tradition, mais leur bande-son était truquée : la valse se transforma bien vite en un morceau bien plus dynamique et empli de percussions d’Afrika Bambaataa. Faisant semblant d’être surpris, les mariés ne se démontent pas pour autant et suivent la musique en dansant à la manière hip-hop, faisant des pops, des locks, etc. Voici, ci-dessous, l’une de ces vidéos.

Quelques années plus tard, une autre vidéo dans le même style bat les records de visionnage. Je vous la mets ci-dessous. Il est vrai que la chorégraphie (il me semble avoir vu quelque chose de semblable dans une émission de « So You Think You Can Dance ») est beaucoup plus provocante et, dans ce contexte, amusante. « Quel couple de sauvages ! » doit-on penser dans l’assistance…

D’autres mariés ont, quant à eux, choisi de reprendre le sketch « L’évolution de la danse » de Judson Laipply que je vous ai déjà présenté dans un article, ici même, il y a plusieurs années. Si les mariés ont une bande de copains qui dansent aussi, ils peuvent préparer une petite chorégraphie pour épater la famille et les invités qui ne dansent pas. C’est ce que les mariés présentés dans la vidéo ci-dessous ont fait avec succès en reprenant la chorégraphie de « Thriller » de Mickael Jackson.

Cours bal mariageDepuis toutes ces années où j’ai préparé la danse d’ouverture de bal de mariage avec des dizaines de couples (oui, oui, c’est bien moi en plein travail sur la photo ci-contre issue d’un article du magazine Marie-Claire sur le sujet…), j’en ai vu défiler des demandes variées, allant de la petite danse simple « parce qu’il en faut une » au véritable show de 10 minutes. En même temps, tous les styles de danses y sont passés : valse viennoise (bien sûr), mais aussi slow amélioré, rumba, cha-cha, rock, charleston, lindy hop, contemporain, hip-hop new style, danses de l’été (oui, oui, il y en a !) etc. sans oublier les combinaisons hybrides entre ces styles. Certaines années, on repère des tendances entre le mambo de Dirty Dancing, les titres d’Ed Sheeran ou encore les tubes du moment à la radio. Tout dépend de la musique choisie, en fait. Pour moi, c’est toujours du sur-mesure. À chaque fois, c’est un réel plaisir pour moi que de comprendre la personnalité de chaque couple et leur envie afin de créer pour eux la chorégraphie qu’il prendront plaisir à présenter pour surprendre leurs invités. L’avantage dans cette situation est que les futurs mariés sont hyper motivés et n’économisent pas leur énergie dans les répétitions inlassables qui sont nécessaires pour atteindre leur objectif.

J’espère que tout cela donnera des idées à ceux d’entre vous qui doivent se marier dans l’année qui vient. N’oubliez pas que le jour de votre mariage est votre jour et qu’il n’est pas interdit que l’ouverture de votre bal de mariage vous ressemble. Traditionnel ou déjanté, c’est à vous de choisir, mais sachez qu’il vaut mieux s’y prendre à l’avance dans les deux cas pour préparer votre danse et notez qu’apprende à danser ne se fait pas en une heure de cours non plus… Et si vous êtes en région toulousaine, n’hésitez pas à me contacter : je me ferai un plaisir de préparer avec vous cette danse d’ouverture de bal qui fait tant peur quand on n’a jamais dansé !

Partagez cet article :

La soca dance et le daggering

Partagez cet article :

Cette fois-ci, j’ai eu envie de vous parler de ce qui se passe à l’étranger. Un article du journal anglais « The Guardian » m’a récemment interpellé. Il avait pour titre « Daggering is dirty but it’s what kids do », autrement dit « Pratiquer le daggering c’est sale, mais c’est ce que font les gamins. » En lisant l’article, j’ai un peu pensé à la Soca Dance des années 90, mais les vidéos m’ont convaincu que cela allait un peu plus loin. Voyons donc de quoi il s’agit…

L’article du Guardian commence comme ceci :

The idea of it is to dance as wildly, as noisily, as furiously as you can; expose yourself as much as possible if you are a woman; and kick as high as you can, no matter which sex you belong to. L’idée derrière cela est de danser le plus sauvagement, bruyamment et furieusement que l’on peut, de s’exposer de plus possible si l’on est une femme et de donner des coups de pied aussi haut que possible peu importe votre sexe.

L‘article fait allusion au cancan que Mark Twain évoquait dans « Le voyage des innocents » en 1869. Cet écrivain décrit dans ce texte les scènes qui nous viennent à l’esprit lorsque l’on dit « French Cancan » : des filles qui saisissent leur robe à deux mains et lancent leurs jambes le plus haut possible. En réalité le texte que j’ai traduit ci-dessus est exactement le texte de Mark Twain, repris par la journaliste du Guardian. On le voit, à chaque époque correspond son lot de danses scandaleuses. En son temps, il y a eu la valse, puis le rock, puis le twist, puis… Mais le daggering va encore plus loin que toutes ces danses.

Le daggering dont il s’agit ici est une manière bien particulière de se trémousser en boîte de nuit. Une description succincte devrait suffire à vous en donner une idée : l’homme se colle derrière la femme, le premier met ses mains sur les hanches de la seconde alors que celle-ci se penche en avant avant que les protagonistes ne se mettent à gesticuler du bassin de manière très suggestive. S’ils n’étaient pas habillés, on pourrait penser à autre chose, mais il paraît que c’est une forme de danse. Je vous passe ici un certain nombre de détails et de variantes plus ou moins acrobatiques que vous pourrez aisément trouver sur Internet en tapant le mot sur Google. J’ai essayé de trouver une photo d’illustration la plus soft possible, mais j’avoue que cela n’a pas été facile, alors vous n’aurez que des dessins…

Certains appellent aussi cette manière de « danser » le « dry humping » qui, littéralement, est un nom plus explicite puisqu’il signifie « niquer à sec » (désolé pour les âmes sensibles, mais c’est la traduction la plus proche que j’aie pu faire). Cette pratique consiste donc à simuler un rapport sexuel devant potentiellement des centaines de personnes. Il est donc impossible que faire le daggering si les deux partenaires ne sont pas consentants. Aussi explicite qu’elle soit, cette « danse » extrême est issue d’une certaine manière de danser dans les Caraïbes et des musiques de type « Dancehall » que l’on passe en boîte de nuit. Et si l’on regarde un peu plus de 20 ans en arrière, on trouve une certaine analogie avec le soca (aussi appelée la « soca dance »).

La soca dance est apparue en France en 1990 sur le titre du même nom interprété par Charles D. Lewis, un Antillais installé en Allemagne. Suite au succès de la lambada l’année précédente, les producteurs de TF1 ont recherché la danse de l’été pour prendre la suite et ce fut la soca dance. Tous ceux qui ont regardé la télévision à cette époque se rappellent le clip tourné sur une place et où les personnes filmées ondulaient du bassin de manière suggestive les unes derrières les autres. Sans oublier les filles en maillot jaune suggérant la fameuse marque de boisson pétillante à l’orange partenaire de l’opération. Plus de 500 000 disques ont été vendus à l’époque. Contrairement à la lambada, dans la soca, on roule des hanches et il n’y a pas réellement de figures identifiables.

Le soca est en réalité un style musical issu du calypso dont on a accéléré le tempo. Le mot « soca » vient du « so » de la musique soul et du « ca » du calypso. La Compagnie Créole a en premier importé en France ce style issu de l’île de Trinidad via leur titre « Soca party sur la plage » en 1986. Pour ce qui est du calypso, les Français en ont souvent entendu au milieu des années 1950 et ont pu danser langoureusement sur des titres comme « Banana Boat Song »/ »Day-O » d’Harry Bellafonte (titre utilisé dans le film « Beetlejuice » pour faire danser malgré eux les convives d’un repas, une scène qui m’amuse toujours). Le calypso se dansait déjà de manière langoureuse, à petits pas et avec une mobilité des hanches (mais une distance de quelques centimètres était de rigueur entre les partenaires), et le soca en a hérité les bases.

Pour finir cet article, je vais reprendre une image (ci-contre) qui circule sur Internet et les réseaux sociaux. Elle donne en quatre images une certaine évolution de la manière de danser dans les soirées « jeunes ». En 1970, on pouvait encore trouver de nombreuses personnes dansant à deux dans les règles de bienséance. En 1980, c’est la continuité du disco et chacun pour soi. En 1990, c’est la soca dance et les rapprochements suggestifs des hommes derrière les femmes. Enfin en 2011, c’est le daggering et là, tout est très explicite avec le consentement des femmes qui en rajoutent. Même si ce n’est qu’une branche extrême de l’évolution (on continue toujours à beaucoup danser en couple avec les règles de savoir-vivre et les adeptes du daggering sont une minorité), cela doit aussi sûrement dénoter d’une certaine évolution de la société, passée d’un modèle d’autorité patriarcale à un modèle plus libéral pour ce qui concerne les plus jeunes. Il paraît que cette manière de danser se rencontre de plus en plus fréquemment dans les mariages aux USA. Si cela se passe entre adultes consentants, cela peut encore passer, mais il semble que les adolescents (et même les préadolescents à partir de 11 ans !) s’approprient de plus en plus cette mode un peu violente sur les bords. Tout cela se fait via des vidéos sur Internet et non pas le canal des clips vidéo diffusés à la télévision. Comme le « Guardian », les médias anglophones parlent beaucoup de cette pratique qui est devenue un sujet de société. En tout cas, il semble que l’on ait d’ores et déjà recensé des séquelles au niveau du bas ventre de certains pratiquants mâles un peu trop exaltés. Comme quoi, mieux vaut parfois garder quelques distances…

Partagez cet article :

Chorégraphie « Ai se eu te pego »

Partagez cet article :

Je reviens cette semaine avec un article à propose d’une chanson et une chorégraphie qui fait fureur en ce moment (mars 2012) : « Ai se eu te pego », chantée par le brésilien Michel Teló. Cet article a mis du temps à sortir, mais d’un autre côté il est, je crois, suffisamment détaillé pour compenser…

« Ai se eu te pego », que l’on peut traduire par « Oh si je t’attrape », est à l’origine une chanson brésilienne écrite en portugais en 2008 par Sharon Acioly et Antônio Dyggs. Elle fut interprétée en premier par Os Meninos de Seu Zeh. Ensuite, elle fut reprise par divers groupes brésiliens dont Cangaia de Jegue et sa version style reggae jusqu’à ce qu’en juillet 2011, le Brésilien Michel Teló s’en empare et la popularise dans le monde entier au point d’en faire une version en anglais « Oh, If I Catch You! » (dont la vidéo est sortie en janvier 2012). Cela commence par le Brésil ou le titre atteint rapidement la première place des hit-parades, puis ce fut au tour de l’Espagne, puis des autres pays. Plus récemment, des remixes pour discothèques ont été réalisés à partir de cette chanson dont la plus connue interprétée par Inna. Voici le texte original de la chanson avec une traduction (qui n’est pas de moi) qui permet un peu de comprendre certains mouvements suggestifs de la chorégraphie associée dont je parlerai plus loin.

Ai Se Eu Te Pego / Oh si je t’attrape

Nossa, nossa Assim você me mata Ai se eu te pego, ai ai se eu te pego Delícia, delícia Assim você me mata Ai se eu te pego, ai ai se eu te pego Sábado na balada A galera começou a dançar E passou a menina mais linda Tomei coragem e começei a falar Nossa, nossa Assim você me mata Ai se eu te pego, ai ai se eu te pego Delícia, delícia Assim você me mata Ai se eu te pego, ai ai se eu te pego Sábado na balada A galera começou a dançar E passou a menina mais linda Tomei coragem e começei a falar Nossa, nossa Assim você me mata Ai se eu te pego, ai ai se eu te pego Delícia, delícia Assim você me mata Ai se eu te pego, ai ai se eu te pego Divine, divine C’est comme cela que tu me tues Oh si je t’attrape, oh oh si je t’attrape Délicieuse, délicieuse C’est comme cela que tu me tues Oh si je t’attrape, oh oh si je t’attrape Samedi en soirée La foule a commencé à danser Et la plus belle fille est passée J’ai pris courage et j’ai commencé à parler Divine, divine C’est comme cela que tu me tues Oh si je t’attrape, oh oh si je t’attrape Délicieuse, délicieuse C’est comme cela que tu me tues Oh si je t’attrape, oh oh si je t’attrape Samedi en soirée La foule a commencé à danser Et la plus belle fille est passée J’ai pris courage et j’ai commencé à parler Divine, divine C’est comme cela que tu me tues Oh si je t’attrape, oh oh si je t’attrape Délicieuse, délicieuse C’est comme cela que tu me tues Oh si je t’attrape, oh oh si je t’attrape Traduction réalisée par lolita-shatia
et Kokonuts (site paroles-musique.com)

Pour ce qui est de la chorégraphie, j’avoue que les choses sont moins claires… Il y a évidemment ces stars du football, du rugby ou du tennis que l’on voit esquisser quelques mouvements au son de la chanson fin 2011 : Neymar, Cristiano Ronaldo, Rafael Nadal, etc. C’est de là que certains mouvements ont été propagés dans les médias internationaux. La vidéo la plus ancienne que j’aie pu trouver présentant une chorégraphie sur ce titre est celle du groupe Cangaia de Jegue déjà évoqué plus haut. Elle date de 2008, année de la sortie de leur single « Ai se eu te pego! ». Voici la vidéo en question et on y voit bien dès cette époque des mouvements caractéristiques lors du refrain.

Il semble qu’en réalité seul le refrain de la chanson soit dansé de la même manière partout. Pour le reste, diverses versions existent en vidéo sur Internet. Il y a la version « street dance », la version « zumba » (disons même plusieurs dans ce cas), etc. En tout cas, Michel Telo ne fait la promotion d’aucune chorégraphie ni dans ses clips, ni sur son site Internet. Il n’y a donc pas de chorégraphie officielle. Celle que je vous propose en premier ci-dessous a pourtant été libellée comme chorégraphie officielle sur Youtube, mais j’ai l’impression qu’elle a été créée pour accompagner la reprise de la chanson par Manuel Malanotte. On pourrait penser que je l’ai choisie à cause des danseuses présentes dans la vidéo, ce n’est pas la vraie raison (si, si je vous assure !). C’est plutôt ma sensibilité salsa qui a parlé (quelques pas on 2 y sont présents). Voici donc le détail de cette chorégraphie.

REFRAIN
4- Main sur tête en bas orientation droite, puis on lève la tête 
   (genoux fléchis orientés comme la tête)
   Main sur tête en bas, orientation gauche, puis on lève la tête
   (genoux fléchis orientés comme la tête)

4- Pointer la main droite devant
   Pointer la main gauche devant
   Se faire du vent au visage des 2 mains  

3- Pointer la main droite devant
   Pointer la main gauche devant
   Ramener les deux mains à la taille en avançant le bassin
5- Pointer la main droite devant
   Pointer la main gauche devant
   Claquer des mains devant, 
   Ramener les deux mains à la taille en avançant le bassin

4- Caresser de la main droite du buste vers ventre 
   avec vague du corps à droite
   Caresser de la main gauche du buste vers ventre 
   avec vague du corps à gauche

4- Pointer la main droite devant
   Pointer la main gauche devant
   Se faire du vent au visage des 2 mains  

3- Pointer la main droite devant
   Pointer la main gauche devant
   Ramener les deux mains à la taille en avançant le bassin
5- Pointer la main droite devant
   Pointer la main gauche devant
   Claquer des mains devant, 
   Ramener les deux mains à la taille en avançant le bassin

INSTRUMENTAL
4- Pas battu simple vers la droite avec main droite dans les cheveux cheveux 
   Pas battu simple vers la gauche avec main gauche dans les cheveux cheveux
   Double pas vers la droite (chassé)
4- Pas battu simple vers la gauche avec main gauche dans les cheveux cheveux 
   Pas battu simple vers la droite avec main droite dans les cheveux cheveux
   Double pas vers la gauche (chassé)
   Faire 1/4 de tour à gauche

4- Pas battu simple vers la droite avec main droite dans les cheveux cheveux 
   Pas battu simple vers la gauche avec main gauche dans les cheveux cheveux
   Double pas vers la droite (chassé)
4- Faire 1/2 tour à gauche en tendant bras en haut sur 1/2 temps
   Vague avec mains descendant de tout en haut vers le bas

COUPLET
8- Ecarter pied droit à droite
   Pas de salsa croisé arrière à droite
   Pas de salsa croisé arrière à gauche
   Pas de salsa croisé arrière à droite
   Pas de salsa croisé arrière à gauche
   (attention pas de temps de pause ici)

4- Mambo inversé (pied droit avant, pied gauche arrière)   
4- Pivot en 4 pas centré sur le pied gauche

4- Pied droit en avant avec arc de cercle bras droit en avant
   puis reposer le poids du corps sur le pied gauche
   et écarter le pied droit (pas "numero dos" en salsa) 
   Pied gauche en avant avec arc de cercle bras gauche en avant
   puis reposer le poids du corps sur le pied droit  
   et écarter le pied gauche (pas "numero dos" en salsa)  
4- Pas chassé à droite avec coupe-coupe des bras à droite
   Pas chassé à gauche avec coupe-coupe des bras à gauche
4- Pied droit en avant avec arc de cercle bras droit en avant
   puis reposer le poids du corps sur le pied gauche
   et écarter le pied droit (pas "numero dos" en salsa) 
   Pied gauche en avant avec arc de cercle bras gauche en avant
   puis reposer le poids du corps sur le pied droit  
   et écarter le pied gauche (pas "numero dos" en salsa)  
4- Pas chassé à droite avec coupe-coupe des bras à droite
   Pas chassé à gauche avec coupe-coupe des bras à gauche

Et on recommence au début (refrain)

Cette chorégraphie est présentée dans la vidéo ci-dessous. Cette vidéo n’est pas très bien montée, car il y a parfois des décalages de l’enchaînement par rapport à la musique, mais la synchronisation est rétablie au changement de plan. En cas de doute, référez-vous à la description textuelle que je viens de vous livrer ! Attention, l’enchaînement est modifié en fin de morceau pour coller à la musique.

https://youtube.com/watch?v=OXD2SItfmuo

Il y a une autre chorégraphie que je trouve assez sympa et assez proche de celle que je viens de décrire, bien que moins riche et donc plus simple à apprendre. Elle est promue par le groupe Los Locos (un groupe italien, je pense) qui fait une reprise du titre. Je décompose ici aussi les mouvements.

REFRAIN
4- Poings en haut, bras tendus à gauche, 
   (genoux fléchis orientés comme la tête)
   Ramener les poings à la taille, 
   Poings en haut, bras tendus à droite, 
   (genoux fléchis orientés comme la tête)
   Ramener les poings à la taille, 
4- Se faire du vent au visage des 2 mains  
   Tout en faisant des pas battus gauche, droite 

3- Pointer la main droite devant
   Pointer la main gauche devant
   Ramener les deux mains à la taille en avançant le bassin
5- Pointer la main droite devant
   Pointer la main gauche devant
   Claquer des mains devant, 
   Ramener les deux mains à la taille en avançant le bassin

4- Poings en haut, bras tendus à gauche, 
   (genoux fléchis orientés comme la tête)
   Ramener les poings à la taille, 
   Poings en haut, bras tendus à droite, 
   (genoux fléchis orientés comme la tête)
   Ramener les poings à la taille, 
4- Se faire du vent au visage des 2 mains  
   Tout en faisant des pas battus gauche, droite

3- Pointer la main droite devant
   Pointer la main gauche devant
   Ramener les deux mains à la taille en avançant le bassin
5- Pointer la main droite devant
   Pointer la main gauche devant
   Claquer des mains devant, 
   Ramener les deux mains à la taille en avançant le bassin

INSTRUMENTAL
4-  Pas battu simple vers la gauche en ramenant les mains devant les pectoraux
    Pas battu simple vers la droite en ramenant les mains devant les pectoraux
   Double pas vers la gauche (chassé)
4-  Pas battu simple vers la droite en ramenant les mains devant les pectoraux
    Pas battu simple vers la gauche en ramenant les mains devant les pectoraux
   Double pas vers la droite (chassé)
4- Pas battu simple vers la gauche en ramenant les mains devant les pectoraux
    Pas battu simple vers la droite en ramenant les mains devant les pectoraux
   Faire 1/4 de tour à gauche 
   Puis double pas vers la gauche (chassé)
4- Faire 1/2 tour à droite en mettant les mains sur les hanches
   (tête tournée vers l'avant)
   Rouler des hanches en descendant puis remontant

COUPLET
4- (rythmique : 1 et 2 et 3, 4 et)

   Avancer le pied droit dans la diagonale avant-droite
   Reposer le poids du corps sur le pied gauche, 
   Reculer le pied droit dans la diagonale arrière-gauche,
   Reposer le poids du corps sur le pied gauche, 
   Ecarter le pied droit à droite
   Reculer le pied gauche dans la diagonale arrière-droite, 
   Reposer le poids du corps sur le pied droit

4- (rythmique : 5, et 6 et 7, 8 et)
   Avancer le pied gauche dans la diagonale avant-gauche
   Reposer le poids du corps sur le pied droit, 
   Reculer le pied gauche dans la diagonale arrière-droite,
   Reposer le poids du corps sur le pied droit, 
   Ecarter le pied gauche à gauche
   Reculer le pied droit dans la diagonale arrière-gauche, 
   Reposer le poids du corps sur le pied gauche

4- (rythmique : 1 et 2 et 3, 4 et)

   Avancer le pied droit dans la diagonale avant-droite
   Reposer le poids du corps sur le pied gauche, 
   Reculer le pied droit dans la diagonale arrière-gauche,
   Reposer le poids du corps sur le pied gauche, 
   Ecarter le pied droit à droite
   Reculer le pied gauche dans la diagonale arrière-droite, 
   Reposer le poids du corps sur le pied droit

4- (rythmique : 5, et 6 et 7, 8 et)
   Avancer le pied gauche dans la diagonale avant-gauche
   Reposer le poids du corps sur le pied droit, 
   Reculer le pied gauche dans la diagonale arrière-droite,
   Reposer le poids du corps sur le pied droit, 
   Ecarter le pied gauche à gauche
   Reculer le pied droit dans la diagonale arrière-gauche, 
   Reposer le poids du corps sur le pied gauche

4- (rythmique : 1 et 2 et 3, 4 et)

   Avancer le pied droit dans la diagonale avant-droite
   Reposer le poids du corps sur le pied gauche, 
   Reculer le pied droit dans la diagonale arrière-gauche,
   Reposer le poids du corps sur le pied gauche, 
   Ecarter le pied droit à droite
   Reculer le pied gauche dans la diagonale arrière-droite, 
   Reposer le poids du corps sur le pied droit

4- (rythmique : 5, et 6 et 7, 8 et)
   Avancer le pied gauche dans la diagonale avant-gauche
   Reposer le poids du corps sur le pied droit, 
   Reculer le pied gauche dans la diagonale arrière-droite,
   Reposer le poids du corps sur le pied droit, 
   Ecarter le pied gauche à gauche
   Reculer le pied droit dans la diagonale arrière-gauche, 
   Reposer le poids du corps sur le pied gauche

8- Pivoter en 8 pas centré sur pied gauche avec moulinets des bras
   Sur la rythmique : lent, lent, vite, vite, vite, vite

Et on recommence au début (refrain)

Voilà, vous savez tout… ou en tout cas tout ce que je sais ! J’espère que cela vous permettra de vous préparer pour l’été où, j’en suis persuadé, « Ai se eu te pego » et ses multiples chorégraphies ne manquera pas de marquer vos soirées et vos séjours en village vacances en France et à l’étranger !

Partagez cet article :

You Can Dance en France

Partagez cet article :

Voici déjà plusieurs années que j’écris dans ce blog que j’attendais avec impatience l’arrivée en France de l’émission américaine « So You Think You Can Dance ». Il y avait eu la diffusion de la saison 3 sous-titrée en français il y a quelques mois sur DirectStar (canal 17 de la TNT), mais pas de version complètement française. Cette année, mon souhait se voit réalisé sur NT1 (canal 11 de la TNT et chaîne du groupe TF1) et ça passe en ce moment, chaque jeudi de 20h45 à 23h10 environ. Alors que la troisième émission de la saison vient d’être diffusée, il est temps que je me prononce ici sur cette adaptation française.

Commençons par parler de l’émission originale américaine. « So You Think You Can Dance » (abrégé à l’écrit en « SYTYCD ») est une émission-concours créée en 2005 et produite Simon Fuller et Nigel Lythgoe. Le principe de base est similaire à des émissions comme « La nouvelle star », mais il n’y a ici que de la danse. On commence avec des milliers de candidats qui participent aux sélections libres (à la manière des castings individuels) dans diverses villes américaines. À l’issue de cette première étape, les sélectionnés se voient offrir un billet d’avion pour Las Vegas, ville où a lieu la seconde étape : les éliminatoires qui prennent la forme d’ateliers avec chorégraphies imposées. À la fin de cette étape ne restent que 20 danseuses ou danseurs (16 pour la saison 1) qui vont participer à la suite et être éliminés deux à deux (un garçon et une fille par semaine, puisqu’ils dansent à deux) à chaque émission sous le vote des téléspectateurs jusqu’à ce qu’il ne reste plus que deux finalistes, dont le gagnant. Le gagnant de l’émission est donc élu « danseuse/danseur préféré(e) des Américains ». Le vote des téléspectateurs n’est pas l’unique mode de sélection : il y a un jury composé de 4 personnes, généralement N. Lythgoe (le producteur exécutif qui connaît aussi bien la danse, il pratique en particulier les claquettes), un spécialiste des danses en couple (généralement M. Murphy qui fait de la danse sportive), un spécialiste de la danse contemporaine/moderne (là, ça varie selon les saisons, mais M. Michaels est souvent là) et enfin un chorégraphe d’une autre discipline qui varie selon les émissions (hip-hop, krump, etc.) voire même dans la dernière saison une célébrité de type guest star (il y a eu Lady Gaga ou Debbie Reynolds, bien connue pour sa prestation dans « Chantons sous la pluie » et d’autre films hollywoodiens). Sur l’ensemble d’une saison, de nombreux styles de danse sont chorégraphiés (il y a un tirage au sort du style en question pour chaque couple/duo de candidats) et on passe de la danse contemporaine, au hip-hop en passant pas la valse, le quickstep, la salsa ou encore la danse bollywood ou le disco. Bref, un spectacle très complet où les chorégraphes rivalisent d’inventivité pour mettre en valeur les talents des différents candidats danseurs. Une fois la saison achevée, une tournée est organisée avec les 10 meilleurs danseurs de l’émission et le vainqueur se voir offrir le fait de participer à de prestigieux spectacles (comme, une année, de faire partie des danseurs de Céline Dion à Las Vegas) et une somme d’argent. Ajoutons que les sélections de la saison 9 sont actuellement en cours dans cinq grandes villes américaines. Voilà donc pour ce qui se passe aux USA… Et en France ?

En France, l’émission s’appelle « You Can Dance ». Pourquoi toujours traduire un titre anglais par un titre anglais différent. Il est sûr que le « Tu crois que tu sais danser ? » de DirectStar n’était pas mieux. Je pense que le titre aurait dû rester identique, d’ailleurs le générique contient toujours le « So You Think » manquant, mais passons. L’émission est basée sur le même principe qu’aux USA, mais le casting initial s’est fait à Paris uniquement, les sélectionnés n’ont pas « un billet pour d’avion pour Las Vegas », mais gagnent une « entrée à l’atelier », enfin le jury n’est pas composé de 4 personnes, mais de 3. Lors des deux premières émissions, le jury était composé de Kamel Ouali (on le connaît depuis la StarAc’ et ses comédies musicales), Julier Ferrier (comédienne & ancienne danseuse), Nico Archambault (vainqueur de SYTYCD Canada en 2008 pour la saison 1). Ce sont eux qui ont sélectionné les 16 danseuses/danseurs pour la suite de l’émission. Lors de la troisième émission, Julie Ferrier a été remplacée par Shy’m (qui a dernièrement remporté la seconde saison de « Danse avec les stars » sur TF1). On n’a pas eu l’explication de ce changement qui devrait continuer avec une personnalité différente à chaque fois. Budget limité ? Pas de 4e siège pour un 4e jury invité ? Mais, pour l’instant, je n’ai vu aucun spécialiste de danse en couple ! Dans la version canadienne, il y a au moins en permanence Jean-Marc Généreux (qui est décidément partout puisqu’il a participé à SYTYCD USA et à Danse avec les stars en France) et, ponctuellement, Mary Murphy (de SYTYCD USA). Je trouve cette situation paradoxale puisque les chorégraphies, qu’elles soient contemporaines, hip-hop ou de danse sportive, seront toutes effectuées en couple par les candidats-danseurs. Et il est certain qu’on ne danse pas en solo comme on danse à deux. L’émission doit trouver ses marques, nous verrons donc si le dispositif évolue au fil des émissions (et peut-être des saisons). Enfin, sur ces aspects d’organisation, la présentation est faite par Benjamin Castaldi qui, contrairement à son habitude, reste sobre et, je crois, professionnel (nonobstant un petit bafouillage malheureux lors de l’annonce de la « mise en danger » de deux candidats lors de l’émission 3 pour faire durer le suspens).

Que dire d’autre à l’issue des trois premiers numéros de l’émission française ? Tout d’abord, c’est bien une adaptation de l’émission américaine, mais nous n’avons pas les charismatiques membres du jury américain (ni le « Hot Tamale Train » de Mary Murphy, pour ceux qui ont déjà vu l’émission). Je mets plus bas un extrait de l’émission d’origine afin de vous donner une idée. Il manque donc un brin de folie qui fait le succès aux USA. Ensuite, on ne distingue pas de leader entre Nico Archambault et Kamel Ouali ; je crois qu’avoir un décideur dans l’équipe, comme le producteur exécutif de l’émission américaine Nigel Lythgoe, aurait été profitable. Du côté des danseurs, il n’y a pas de souci : les danseurs français ont un bon niveau. Ils sont partis 1200 candidats et il n’en reste que 16 pour l’émission, ce qui montre bien la rude tâche du casting initial. Le jury a veillé à la représentation de styles très différents parmi les 16, alors que la danse contemporaine et le hip-hop étaient surreprésentés lors des sélections. Mais il est vrai qu’il est difficile de faire des solos spectaculaires lorsqu’on est danseur en couple à la base.

Il ne faut pas oublier que l’émission ne va pas élire le meilleur danseur, mais le danseur préféré des téléspectateurs français avec l’exercice imposé de pouvoir faire du spectaculaire sur une variété de styles. C’est l’effet un peu pervers du vote du public qui est néanmoins tempéré par le repêchage opéré par le jury à chaque fin d’émission. Il s’agit bien d’une émission de télévision et non de la retransmission d’une compétition académique… Côté esthétique, j’ai trouvé jusqu’ici la réalisation un peu gênante au niveau du cadrage des chorégraphies. Le réalisateur et les cameramen feront sûrement des progrès avec la pratique. Il est dommage de couper fréquemment les pieds de danseurs qui dansent avec tout leur corps… Enfin, j’ai un problème avec le choix de certaines musiques, comme par exemple le fait de faire faire un quickstep sur « La groupie du pianiste » de Michel Berger. Ca ne colle vraiment pas ! Cela a été visiblement handicapant pour les concurrents. D’accord pour un peu de modernité, mais il ne faut pas pousser trop loin. Cela semble être dû à une volonté de donner une image plus jeune des danses de salon et je pense que cela les dénature plutôt dans ce cas. J’avais d’ailleurs fait cette même remarque pour certains numéros de « Danse avec les stars » sur TF1.

Ne croyez pas que je sois négatif en lisant ce que j’ai écrit jusqu’ici (tout n’est d’ailleurs pas négatif… et en plus j’aime bien les critiques constructives). Je suis au contraire content de l’arrivée en France de « You Can Dance », dont le concept est excellent à la base (contrairement à d’autres émissions dont j’ai déjà parlé dans ce blog). Il y a des danseurs de bon niveau, la mécanique de l’émission américaine fonctionne plutôt bien (même si les équipes françaises doivent se l’approprier encore un peu), des profils variés et atypiques sont mis en lumière et la France découvre que l’on peut danser à deux de jolie façon sans pour autant se cantonner aux danses de salon. Bref, cela fait un joli spectacle à regarder le jeudi soir en prime time. Pourtant, pour avoir vu toutes les émissions des 8 saisons de l’édition américaine, je trouve que l’édition française doit encore progresser pour arriver au niveau de ce qui se fait outre-Atlantique. Par ailleurs et d’un point de vue très personnel, j’espère que l’édition française saura introduire des danses en couple que j’aime beaucoup comme le lindy hop, la salsa ou encore le rock (qui est quand-même une manière de danser typiquement française !). Avec des danses comme le rock (ou — pourquoi pas? — la java ou la valse musette), il y aurait une vraie originalité et un plus par rapport à ce qui se fait outre-Atlantique.

Partagez cet article :

Les talons de la danse (3/3)

Partagez cet article :

Les deux premières parties de cet article ont permis de comprendre en quoi consiste le port de talons qu’ils soient bas ou hauts, ainsi que l’impact que celui-ci pouvait avoir non seulement sur nos pieds, mais aussi sur la santé de notre corps tout entier. Nous voici enfin arrivés à la troisième partie qui concerne tout particulièrement le port de talons en danse, et particulièrement en danse latine. Je me base ici tout particulièrement — mais pas seulement — sur une étude publiée en 2010 (et qui, en fait, m’a donné l’idée de cet article en trois parties).

1. Origines historiques et marche sur talons hauts
2. Des contraintes et des maux pour tout le corps
3. Danser sur des chaussures à talon (cet article)

PARTIE 3
Les chaussures à talons : danser sur des talons

Selon la danse que l’on pratique, l’impact du port de talons n’est pas le même. Lors de la pratique de certaines danses, on porte peu (voir pas du tout) de talons alors que d’autres danses conviennent particulièrement au port de talons. La différence est particulièrement visible au niveau des chaussures des danseuses. Dans le domaine des danses swing, le talon est bas et large ; dans le domaine des danses standard, le talon est bas à intermédiaire et fin ; dans le domaine des danses latines, le talon est intermédiaire à haut et fin. D’autres différences sont notables entre les danses « percussives » des claquettes ou du flamenco où les semelles sont rigides comme les chaussures de ville (ou les chaussures décrites dans la première partie de cet article) et les danses en couple où les semelles sont souples (peut replier la chaussure sur elle-même). C’est d’ailleurs la semelle rigide qui permet la pose de fers pour les claquettes (un fer sur la demi-pointe, un fer sur le talon).

Si, lorsqu’on va « clubber » (« danser en club » si vous préférez), les filles peuvent porter les talons très hauts le temps d’une soirée, il n’en va pas de même pour les soirées dansantes où l’on pratique le rock, la salsa, le tango, etc. Ces danses vont au-delà du pas de marche ou du simple posé-pointé alterné. Ainsi, si des plateformes et les talons de 12 cm à la mode permettent de clubber, il est difficile de danser réellement sur des talons de plus de 8 cm (ou 3,5 pouces, unité plutôt utilisée à l’étranger). Les chaussures des danses standard (valse, etc.) ont des talons assez bas, ce qui s’explique par le fait que la pose du pied lors d’un mouvement en avant se fasse en commençant par le talon, puis le pied se déroule vers la demi-pointe. Les chaussures de danse latine pour femmes ont généralement des talons de 6,5 à 7,5 cm (2,5 ou 3 pouces) avec une semelle souple.

Ce talon plus haut s’explique par le fait qu’un mouvement en avant se fasse en posant la pointe du pied en premier au sol avant de poser le talon. C’est d’ailleurs cette technique commune aux hommes et aux femmes qui permet aux danseurs le port de chaussures à talon cubain jusqu’à 4 cm de haut. À noter qu’en tango argentin et en salsa portoricaine, les danseuses peuvent utiliser des talons plus hauts que pour les danses latines. D’ailleurs, en tango argentin, les talons sont parfois « aiguilles », car la technique de danse n’est pas caractérisée par un fort appui sur le talon, au contraire les « ochos » se font particulièrement sur les demi-pointes (cette partie de la semelle est généralement plus rigide que pour les autres chaussures de danse). Dernier détail important, les chaussures de danse ont une bride/lanière autour de la cheville pour maintenir le talon à l’arrière de la chaussure. Cet élément est important pour éviter les désagréments et pertes de chaussures…

Ce n’est pas parce que ce sont des chaussures de danse qu’il est facile de se mouvoir sur des talons plus ou moins hauts. Je me rappelle la première fois où j’ai chaussé mes chaussures latines à talon cubain et j’avoue que je n’étais pas à l’aise pour marcher. En revanche, pour danser le cha-cha, elles étaient très confortables. Lorsqu’on se tient debout immobile en chaussures à talon, c’est comme ce que j’ai évoqué dans la première partie de cet article : il faut se tenir droit, les abdominaux engagés. Si l’on essaye à présent de marcher, il faut se conformer au style de la danse que l’on souhaite pratiquer. Dans le cas précis des danses latines (cha-cha, rumba, mambo, etc.), l’avant du pied avance en premier et reste en contact avec le sol, mais il ne faut pas oublier de mobiliser les hanches afin de compléter la démarche où tout le corps avance en un seul ensemble. Pour acquérir cette technique, rien de tel que des cours de danse, évidemment ! Cela évitera sûrement quelques entorses, car il faut rester attentif à la position des pieds et ne pas se relâcher pour éviter tout problème. Avec la pratique, le renforcement musculaire (mollets) et tendineux adéquat se fait et la cheville gagne en stabilité. Il est aussi conseillé de s’exercer en se tenant en équilibre pendant plusieurs secondes sur la demi-pointe des pieds sans chaussures. Si on fait cet exercice en chaussures, il faut que le talon soit décollé du sol. Certains se rappellent sûrement cette scène de « Dirty Dancing » où Patrick Swayze et Jennifer Gray s’entraînent : vous vous demandiez pourquoi celle-ci dansait sur les demi-pointes ? Eh bien, vous avez la réponse aujourd’hui ! Lorsqu’on s’entraîne à un certain style de danse, c’est donc la répétition qui va faire entrer les bons mouvements dans notre corps. Cette répétition va également intégrer dans nos mouvements la position du pied et donc la hauteur du talon. Il est donc fortement déconseillé de changer de hauteur de talon pour travailler un même style de danse : non seulement le danseur ou la danseuse perdrait une partie de son entraînement, mais en plus il y aurait un risque d’accident ou de trébucher. Il n’y a donc pas de secret, il faut pratiquer le plus possible dans un certain contexte pour être à l’aise dans celui-ci.

Jusqu’il y a peu, les études scientifiques s’étaient intéressées à l’impact de la position du pied sur celui-ci lors de la marche dans divers types de chaussures, mais l’aspect intensif de la danse avait été négligé. Il y a quelques mois, la revue « International Journal of Experimental and Computational Biomechanics » a publié une étude (sept 2010, Vol. 1, No.3, pp. 296-305, étude conjointe de la Liverpool John Moores University en Angleterre et du Human Movement Research Center en Chine) concernant l’utilisation des talons lors de la danse et en particulier la pratique des danses latines comme le cha-cha. Les résultats de cette étude montrent que danser en portant des talons hauts — peu importe la hauteur — implique une pression disproportionnée sur les orteils. Danser en talons de 10 cm de haut (ce qui est déjà très haut pour des chaussures de latines) triplerait la pression sur les orteils alors que danser les pieds nus équilibre la pression entre le talon et les orteils.

Le fait de danser sur des talons hauts implique un déplacement de l’appui du talon vers l’avant du pied. Cette altération dans la répartition de la pression peut mener à des problèmes plantaires, des irritations ou un gonflement de la partie inférieure du pied qui entraîne des maux au niveau du talon. L’équipe scientifique conseille le port de chaussures qui fournissent un bon amortissement et un enveloppement du pied de manière à éviter ces désagréments. Ce type d’étude pourra déboucher sur l’amélioration de la conception des chaussures de danse à talons afin de réduire les effets néfastes de leur port.

D’une manière générale, les études scientifiques n’ont relevé aucun lien entre les problèmes de pieds dont souffrent les hommes et les chaussures qu’ils portent. Ce n’est pas le cas des femmes qui, elles, portent en moyenne beaucoup plus souvent des talons et des chaussures à lanières (sandales). Ainsi, à l’âge de 65 à 74 ans, les maux de pieds font partie des 20 principales raisons pour lesquelles les femmes consultent un spécialiste. Alors que ceux et celles qui ne portent pas de chaussures ont un pied plus large et un espace plus important entre le gros orteil et le suivant, les femmes portant souvent des talons hauts ont les orteils collés les uns aux autres et éventuellement un pied incurvé.

Lorsqu’on porte des chaussures à talon, il faut en prendre soin si l’on veut les faire durer un peu. De plus, un talon fin peut tout aussi bien abîmer ou rayer un sol. Pour ce genre de situation, les magasins spécialisés vendent des protections en plastique pour talon. Il y a différentes formes, adaptées à différents talons. Ces embouts sont obligatoires dans certaines salles de danse et de nombreuses compétitions. Ajoutons que lorsque l’extrémité du talon (« bonbout ») elle-même est usée, celle-ci peut être généralement remplacée sur des chaussures de danse à talon qu’elles soient pour femmes ou pour hommes. Ce remplacement à neuf restabilisera la chaussure (surtout si le talon est fin) et évitera des entorses inopportunes.

Pour conclure, je reprendrais ce qu’a dit quelqu’un dont je ne me rappelle malheureusement plus le nom : « Ginger Rogers a fait les mêmes pas de danse que Fred Astaire, mais elle les a faits sur des talons ! ». Et, pour ceux qui l’ont remarqué dans l’actualité récente, même Madonna arrive à danser le Melbourne shuffle (voir l’article décrivant cette danse dans ce blog) en talons sur le titre ‘Party Rock Anthem » de LMFAO au SuperBowl ! Voilà, nous sommes arrivés à la fin de cet article en trois parties ! Il m’a fallu compiler de nombreuses sources d’information pour son écriture en m’assurant de la fiabilité des informations. Lorsqu’on danse, il est nécessaire de ne pas s’arrêter à la simple pratique des mouvements et à l’utilisation d’accessoires a priori banals comme des chaussures. Il faut creuser un peu et s’intéresser aux à-côtés. C’est ce que j’essaye de faire et dont je partage le résultat dans une forme synthétique dans ce blog (ou dans une forme plus détaillée dans mes livres) dans des domaines variés comme l’histoire, la science et la santé, la culture, la technique, la musique, l’art, etc.

Partagez cet article :

Les talons de la danse (2/3)

Partagez cet article :

Dans la première partie de cet article, j’ai présenté le sujet du port des talons dans son ensemble, ainsi que ce que cela change par rapport au fait de ne pas porter de talons. Je continue d’approfondir ce sujet en rapport avec nos pieds tellement sollicités lors de la danse en prenant un point de vue physiologique voire médical. En particulier, je détaille quel impact le port de talons hauts a sur notre corps tout entier (et pas seulement pour nos pieds), illustrations à l’appui.

1. Origines historiques et marche sur talons hauts
2. Des contraintes et des maux pour tout le corps (cet article)
3. Danser sur des chaussures à talon

PARTIE 2
Les chaussures à talons : des maux pour le corps

Si l’on essaye d’imaginer l’impact du port de talons sur notre corps, nous vient immédiatement à l’esprit les pauvres top-models qui présentent les nouvelles collections de haute-couture et qui défilent sur les podiums sur des talons hauts de telle manière que bon nombre d’entre elles ont connu des chutes en se tordant une cheville. Cela dit, il y a des conséquences beaucoup moins visibles que ces problèmes d’équilibre, sauf pour celles qui les ont vécues. Je me base pour la suite sur une série d’études parues entre 2001 et 2005 dans des revues médicales spécialisées américaines comme le « Journal of Experimental Biology ».

Le port de talons place le pied et toutes les parties du corps qui lui sont liées dans une position qui n’est pas naturelle. Cela entraîne inévitablement des maux qu’on n’aurait pas eus sinon. De plus, le frottement ou la sollicitation répétée de certaines parties du pied ou du corps produisent aussi des conséquences locales désagréables. Passons donc en revue tout cela.

Impact sur les pieds
Commençons par l’endroit le plus évident : les pieds. Outre les entorses que j’ai mentionnées plus haut, le port de chaussures à talons implique des complications moins évidentes. Les chaussures à talon portées par les femmes sont généralement plus fines que les chaussures sans talon. Cela a pour conséquence de comprimer les muscles, tendons et petits os qui forment le pied. Les conséquences de la compression du pied dans la chaussure sont diverses : oignons, cors, etc. En particulier, on peut rencontrer des cas d’hallux valgus où le gros orteil dévie, formant ainsi une boule au niveau de l’articulation à l’intérieur du pied. Même si ce problème peut avoir des origines génétiques, le port de chaussures à talon haut (et parfois le port de chaussures tout court…) ne fait qu’agraver la situation. Il y a aussi le syndrome de Haglund est une inflammation du talon s’accompagnant de douleurs dues à la survenue d’une saillie anormale sur la partie postérieure du calcaneus (os du pied où est rattaché le tendon d’Achille) qui frotte contre la partie arrière de la chaussure. Les pieds y sont particulièrement sensibles en hiver. De plus, l’inclinaison de la chaussure à semelle rigide et talon haut fait plus ou moins glisser le pied vers l’avant, ce qui comprime tous les orteils (phalanges) contre l’avant de la chaussure (surtout si l’extrémité est en pointe) dans le cas de chaussures fermées et certains orteils contre les lanières ou le rebord de la chaussure dans le cas de chaussures ouvertes (et les orteils dépassent parfois de la chaussure). Cela peut être matérialisé par de la corne sur les articulations des orteils ou au niveau de la plante du pied. Il est donc ici important de préciser qu’il faut bien faire attention à l’adéquation de la taille des chaussures par rapport à vos pieds et que, dans les cas entre deux pointures, il existe des compléments de semelle intérieure adhésifs (aussi appelés anti-glissoires, cales talon, semelles antidérapantes, etc.) à mettre à l’intérieur de la chaussure (talon et plante). L’effet secondaire est, malgré tout et du fait de l’épaisseur ajoutée, de comprimer un peu plus le pied dans la chaussure pour le maintenir en place et cela peut entraîner des métatarsalgies (douleurs du métatarse).

Impact nerveux, musculaire, articulaire et osseux
La jolie ligne donnée aux jambes par le port de talons hauts est due en partie à la contraction des muscles des mollets. À la longue, le port très fréquent de talons hauts provoque un raccourcissement de ces muscles. Les études menées jusqu’ici montrent que le volume musculaire de personnes portant des talons de manière intensive est identique à celui de celles qui n’en portent pas ; en revanche, les fibres musculaires sont plus courtes dans le premier cas. Dans la continuité de ce raccourcissement, le tendon d’Achille a tendance à rétrécir, à s’élargir et à devenir moins souple. Cela ne pose a priori pas de problème lorsque l’on porte des chaussures à talon, mais cela devient gênant dès que l’on revient aux chaussures basses ou que l’on marche pieds nus puisque le tendon est étiré au-delà de sa position habituelle avec les talons hauts. C’est un effet pervers du fait que le corps s’adapte à l’environnement dans lequel il vit. Si le port des talons est systématique, le corps considérera qu’il s’agit de sa situation normale et il s’adapte en conséquence. Pour éviter cela, il faut donc alterner le port de talons hauts avec la marche à plat et l’étirement du tendon qui y est associée. Le port des talons hauts augmente aussi les tensions articulaires au niveau du genou, ce qui entraîne arthrose du genou due à une usure prématurée du cartilage. Il semble que le fait de porter des talons larges au lieu de talons fins ne change rien de significatif au problème. Seule la hauteur du talon compte. Une étude a montré que le port de talons pouvait augmenter la pression sur le genou de l’ordre de 26 pour cent par rapport à une situation sans talons. Et je passe sur les cas d’arthrose du genou qui est développée à la suite d’années entières à porter des talons hauts. J’aurais pu parler de ce qui suit dans le paragraphe relatif aux pieds, mais ici on parle aussi des nerfs. Le névrome de Morton est une autre affectation associée à une douleur particulièrement vive au niveau du troisième ou du deuxième espace métatarsien (entre les doigts de pieds). C’est un problème relatif au nerf digital comprimé dans des chaussures étroites.

Impact sur le dos
Lorsqu’on porte des talons hauts, la partie supérieure du corps est déséquilibrée vers l’avant. Il faut alors compenser en actionnant en permanence les muscles du dos afin de revenir à l’équilibre. En résumé, on se redresse. En cas de port prolongé de talons hauts, les muscles du dos agissent de telle manière que la lordose lombaire (courbure concave du bas du dos) s’en trouve naturellement accentuée : les fesses semblent ressortir et la cambrure du creux des reins augmente. C’est une posture qui est exagérée par rapport à la posture naturelle de départ. C’est cela qui entraîne certaines douleurs dans le dos. Pour éviter cela, il faut régulièrement s’étirer le bas du dos pour compenser les muscles qui auront tendance à rester en position rétractée.

Après avoir lu la première partie de cet article, on se dit que les talons ont beaucoup d’avantages esthétiques. En revanche, après avoir lu cette seconde partie, on se dit qu’il y a bien des inconvénients aussi. Certaines femmes portant fréquemment des talons disent d’ailleurs avoir du mal à remarcher pieds nus. Mais au final, cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas porter de talons : cela veut simplement dire qu’il faut le faire en connaissance de cause et qu’il faut compenser les désagréments par un entraînement ou des exercices adéquats. Une jambe et un pied souples et bien musclés peuvent facilement être associés à des talons de toute hauteur. Un peu d’étirement (stretching) et un renforcement musculaire naturel par la danse sont donc tout à fait conseillés dans ce cas.

Pour conclure cette partie, il faut se dire que si l’on force le corps dans une certaine position répétée, ce dernier va tenter de s’adapter au mieux à la nouvelle situation selon sa constitution (et avec ses limites). C’est le principe de l’entraînement. Le problème est qu’il s’adapte parfois tellement qu’il ne peut plus spontanément revenir dans sa position naturelle d’origine, sauf si on l’entraîne dans l’autre sens. Je rementionnerai d’ailleurs le sujet de l’entraînement dans la prochaine partie de cet article qui sera consacrée au port de talons pour la danse puisqu’il est déconseillé de s’entraîner en changeant de hauteur de talon à tout bout de champ. Rendez-vous donc dans quelques jours pour la fin de ce long article consacré aux talons !

Partagez cet article :