Danse des canards

La danse des canards

Partagez cet article :
Notez cet article !

Je profite de cette période estivale pour aborder des sujets plus légers que dans le reste de l’année. Cette fois-ci, je vais vous présenter l’anecdotique (mais néanmoins populaire) danse des canards. Tout le monde connaît la danse des canards dans sa version de 1981 où la chanson de J.J. Lionel a déferlé sur la France. Ce disque est issu de la volonté du producteur belge Marcel De Keukeleire de lancer cette chanson en français et la danse qui va avec à destination des enfants, mais aussi de la famille au sens large. Aujourd’hui tout le monde sait (parfois malgré soi) danser la danse des canards sur les paroles très simples de : « C’est la danse des canards, qui en sortant de la mare se secouent le bas des reins et font coin-coin« .

Pour mémoire, voici la chorégraphie (que l’on trouvait aussi à l’époque sur la pochette du disque de J.J. Lionel). L’enchaînement est prévu pour être réalisé à deux personnes, mais on peut le danser seul ou en groupe (généralement en cercle).
1 – Commencer debout, face à face, les mains ouvertes en forme de bec à hauteur de la poitrine. Fermer et ouvrir 4 fois : « C’est la danse des canards« .
2 – Poser les mains sur les hanches puis agiter les coudes 4 fois d’avant en arrière pour imiter des battements d’ailes : « qui en sortant de la mare« .
3 – Plier les genoux, descendre le popotin en se trémoussant, puis se redresser pour le mouvement suivant : « se secouent le bas des reins« .
4 – Frapper dans les mains en criant 4 fois « COIN, COIN, COIN, COIN » : « et font coin-coin« .
5 – Sur le refrain, les danseurs, bras dessus-dessous tournent vers la droite, changent de bras pour tourner vers la gauche : « Tournez, c’est la fête, bras dessus-dessous, etc.« .

Au-delà de l’aventure franco-française de cette chanson et de la danse associée, je voulais vous en faire découvrir les vraies origines que peu de gens connaissent. Le morceau original ayant donné naissance à la danse des canards a été composé à la fin des années 50 ou les années 60 par Werner Thomas, un accordéoniste suisse. Il l’appel